La Ville en héritage : PARTIE 1 L’EXPERIENCE ACQUISE

Vous avez besoin d'avoir Flash player 9+ et JavaScript activé pour voir cette vidéo.
Fermer

Incrustation

Copier / coller les éléments ci-dessous

Embed

Lien internet

Fermer

Thème

Vidéos sur le même thème

Vidéos

Date de publication : 29/01/2018Rubrique : ConférencesCollection : Recherche
La Ville en héritage : Des secteurs sauvegardés aux sites patrimoniaux remarquables

Mercredi 29 novembre 2017

 

Avec la loi du 4 août 1962 sur les Secteurs Sauvegardés, le Ministre André Malraux a voulu sauver les centres urbains historiques de la dégradation et de la destruction, alors que la rénovation urbaine radicale des années 60-70 prenait son essor. André Malraux voulait protéger et requalifier ces quartiers, permettre leur adaptation à la vie moderne, grâce à un outil de planification et d’intervention, le Plan de sauvegarde et de mise en valeur.

Depuis 55 ans, les Plans de sauvegarde des « secteurs Loi Malraux » ont permis d’introduire la culture dans la planification et l'élaboration des projets, par la connaissance fine des lieux, des ensembles historiques. Cette approche des centres historiques regagne en intérêt dans le monde. Nombre de métropoles étudient comment un Secteur sauvegardé peut devenir le lieu d’échange des acteurs de la ville et des problématiques, promouvoir la qualité urbaine dans tous ses aspects, culturels, sociaux, économiques, environnementaux.

La loi Liberté de la création, architecture et patrimoine, dite loi LCAP, promulguée en juillet 2016, met fin aux Secteurs Sauvegardés au profit des nouveaux Sites patrimoniaux remarquables. Le Plan de sauvegarde et de mise en valeur devient l'outil de gestion majeur de ces sites, avec le nouveau Plan de valorisation de l'architecture et du patrimoine.

Le colloque veut étudier la transition qui s’amorce : esquisser un bilan des Secteurs Sauvegardés, inscrire la nouvelle problématique des Sites patrimoniaux remarquables dans une réalité urbaine qui a profondément évolué. Elus, représentants d’associations, architectes et urbanistes, universitaires, juristes… partageront leurs réflexions :

  • Alors que le Secteur sauvegardé fut une alternative à l’idéologie de la table rase, comment les nouveaux instruments vont-ils jouer leur partie dans les processus de métropolisation ? 
  • Quelles évolutions souhaiter, au regard des préoccupations des habitants,  culturelles, sociales et sociétales, écologiques ?
  • Quelles nouvelles ambitions pour les Plans de sauvegarde et de mise en valeur ? Quelle relation avec les Plans d'urbanisme et les Plans de valorisation de l'architecture et du patrimoine ?
  • Pourquoi réserver cette approche culturelle aux seuls quartiers bénéficiant d'un Plan de sauvegarde ou de valorisation ?
  • Et si l’on inscrivait un volet culturel dans tout document d'urbanisme pour enrichir leur aménagement et contribuer, selon la formule de Wang Shu, à « civiliser la modernité par la culture »


[Introduction du colloque par Marie-Hélène Contal, directrice du Développement culturel à la Cité de l'architecture & du patrimoine, et Alain Marinos, architecte et urbaniste, conservateur général hon., responsable scientifique du colloque.]

[Le discours introductif général du colloque par Pierre Coureux a été reporté en 2e partie]

Partie 1 : L’EXPERIENCE ACQUISE

Quelles leçons tirer de la politique des secteurs sauvegardés ? Quel intérêt ont-ils suscité dans d'autres pays ? Comment les expériences récentes des Plans de sauvegarde et de mise en valeur peuvent-elles éclairer la mise en place des nouveaux Sites patrimoniaux remarquables ?

Introduction par Jean-Pierre Leleux, Sénateur, Président de la Commission nationale des secteurs sauvegardés

Martin Malvy, ancien Ministre, Président de l'Association Sites et cités remarquables de France

Alain Vogel Singer, Maire de Pézenas

Jérôme Fromageau, juriste, spécialiste du droit comparé du patrimoine en Europe et dans le monde

Shao Yong, professeure à l'Université Tongji, Shanghai, initiatrice, en Chine, de nombreux plans équivalents aux secteurs sauvegardés, avec Françoise Ged, responsable de l'Observatoire de la Chine à la Cité de l'architecture et du patrimoine, CAP

Modération, Mireille Grubert, architecte-urbaniste générale de l’Etat, directrice honoraire de l’Ecole de Chaillot, CAP

 

Les AIAM tiennent à remercier ses partenaires :
le cabinet C. Lebrun, Architecte ; l'Entreprise SPIE Batignolles (SPIE CONCESSIONS) ; l'Entreprise NGE-Ouvrage d'art et génie civil.


OUTILS